Accès au contenu
Retour à l'accueil - Association de Sante Mentale du 13e arrondissement de Paris
Accueil > Enseignement & Formation > Séminaires et groupes de travail > Traitement en institution pour enfants et adolescents

Enfants et adolescents : traitements en institution Expressions de l’envie dans le soin institutionnel Réf : AM6

La crise apparaît tel un état temporaire de déséquilibre, de discontinuité remettant en question la stabilité du sujet et dont l’évolution est ouverte et variable. La crise participe ainsi de la succession de deux temps, celui de l’incertitude, de l’angoisse ou d’un sentiment de rupture, puis celui de la résolution, d’une issue favorable ou défavorable. La crise dans toutes ses formes a donc une économie particulière cherchant malgré l’excès visible à renouer le fil d’une pensée contenante et élaborative. D’un côté, les manifestations symptomatiques bruyantes de « l’état de crise » vont amener le soignant à apporter une réponse thérapeutique urgente face à une double menace de débordement et d’effondrement. D’un autre côté, la crise peut être « d’adolescence » et muer un processus physiologique souhaitable. Enfin, la crise institutionnelle témoigne quant à elle d’un risque systémique à l’endroit d’une équipe de soin.Si certains la redoutent absolument, d’autres la recherchent ou l’accueillent avec l’espoir d’une nouvelle naissance.
Le séminaire de cette année se propose d’approfondir sa réflexion sur les pratiques de différentes institutions à partir de ces questions

Calendrier

2021 / 2022

de 10h00 à 12h00

Les jeudis :

2 décembre 20221

3 février 2022
2 juin 2022

MODALITÉS D’INSCRIPTION

L’envie selon M. Klein relève d’un mécanisme archaïque impliquant la pulsion de mort et visant la destruction du bon sein envié plutôt que de s’en nourrir. Si l’envie est un sentiment présent chez tout un chacun, sa place peut s’avérer prépondérante chez un patient, infiltrer les liens entre générations ou se loger au creux des relations familles-soignants. Méconnue ou mal comprise, elle pourrait ralentir voire bloquer le processus thérapeutique. La culture rappelle avec le « mauvais œil » qu’il faudrait se garder de susciter l’envie. L’égalitarisme absolu serait-il une façon d’en protéger les membres d’une collectivité ? Au sein d’une institution de soin des principes, égaux pour tous, prévalent mais des aménagements singuliers sont nécessaires aux besoins spécifiques de chaque patient. Le risque de ranimer les mouvements d’envie est alors présent. Il n’est pas rare d’observer, à une étape donnée de la trajectoire thérapeutique de certains patients, une particulière sensibilité à ce principe égalitaire. Il pourrait s’agir du moment où l’existence du pair est tolérée mais sous condition qu’il ne bénéficie d’aucun avantage quel qu’il soit.

Animatrices / Intervenantes :

Zina BERRADA BABY
Judith BESSIS
Farida CHIBOUNI
Véronique LAURENT
Audrey RAMAT

Avec la participation de :

"Dr. Annette FRÉJAVILLE "

Public et Prérequis :

Séminaire ouvert à tout public concerné par le travail institutionnel, sur demande auprès du Dr Audrey RAMAT :

audrey.ramat@asm13.org

joindre la copie de l’accord au bulletin d’inscription à

service.psy13@asm13.org

RENSEIGNEMENT ET INSCRIPTION :

Dr Audrey RAMAT

audrey.ramat@asm13.org

Lieu :

ASM 13 - PSY 13
1er étage
76 Avenue Edison
75013 Paris

Inscriptions aux séminaires

PSY13 ne gère pas les inscriptions des autres institutions (se référer aux informations sur la page de chaque séminaire)

MODALITÉS ET TARIFS